Skip directly to content

Organisateurs

Festival d’Aix-en-Provence.

Depuis un soir de juillet 1948 où le premier spectacle, Così fan tutte de Mozart, fut présenté dans la cour du Palais de l’Archevêché, le Festival d’Aix-en-Provence n’a cessé de se renouveler. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des principaux lieux de création et d’excellence lyrique en Europe et dans le monde, et ses productions voyagent en tournée dans les plus grandes salles internationales.

Chaque été, de grands noms de l’opéra, chanteurs, chefs d’orchestre et metteurs en scène mais aussi plasticiens, chorégraphes ou cinéastes, sont invités à se produire sur les scènes mythiques du Festival, à Aix et aux alentours.

Grâce à la diversité de sa programmation et à la vitalité de son Académie de jeunes talents, le Festival d’Aix-en-Provence a accueilli en 2013 près de 85000 spectateurs.

Il présente en 2014 cinq nouvelles productions d’opéras de Mozart, Haendel, Rossini, Bach et Schubert ainsi qu’une vingtaine de concerts, couvrant le répertoire symphonique, la musique de chambre, le récital ou encore les musiques de la Méditerranée ainsi que de nombreuses manifestations publiques de son Académie européenne de musique.

LINAGORA.

Fondé en 2000, LINAGORA est aujourd'hui le seul acteur global du logiciel libre en France.

Implanté en France, aux Etats-Unis, au Canada et en Belgique, LINAGORA, avec ses solutions logiciels et ses services, est le partenaire de la souveraineté numérique des grandes organisations publiques et privées.

Entreprise fortement innovante, 1er investisseur privé en France dans le domaine de l'Open Source, LINAGORA accompagne la transformation numérique de la société.

Imprégné des valeurs du logiciel libre, LINAGORA considère que le numérique est une source d'opportunités s'il peut être partagé par tous. C'est cette vision d'un "numérique citoyen" qui a conduit LINAGORA a soutenir l'ONG Reporters Sans Frontière, en l'aidant à bâtir son "abri numérique anti-censure", et la Fondation Casques Rouges

C'est cette même vision qui lui font penser que le numérique est aujourd'hui le point d'appui qui doit permettre aux industries culturelles et à la création artistique d'atteindre une nouvelle dimension.